Passerelle des Barques, Narbonne

« Je n’aime pas cette passerelle, je n’ai pas peur du vide mais de l’instabilité, elle tangue, on part à la dérive. C’est un endroit totalement découvert où l’on est aveuglé, on distingue mal les personnes qui apparaissent comme des silhouettes et ombres, on se sent oppressé, écrasé. »

Frédérine

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Carte

4 - SIGNES